Une question se pose automatiquement quand on pense à cette série : qui ne la connaît pas ? Je n’ai donc pas besoin de vous en faire un résumé. Même ceux qui ne la regardent pas en ont entendu parler, même ceux qui la jugent négativement ont forcément dû en voir un épisode pour faire cela. Mais moi j’écris sur cette série pour n’en dire que du bien !

House_rouge01

Dr House est un médecin réputé. Un médecin dont on ne sait pourtant pas s’il prend son métier au sérieux. Vous vous feriez ausculter par un type pareil, franchement ? Personnellement, j’aurais peur pour ma vie, malgré le fait que House soit charismatique et que la plupart des gens sont assez maso au point d’aimer finalement toutes les méchancetés qu’il leur balance… Oui, même si une personne est à ce point horrible avec vous, mais qu’elle a un petit quelque chose d’attirant, vous ne pourriez pas vous empêcher de l’apprécier, au fond. De mon point de vue, je vois House comme quelqu’un d’attachant ; il n’est pas très difficile de deviner ce qui se cache au fond de ce misanthrope taciturne et cynique… Quelque chose qui s’appelle la solitude et un besoin constant de prouver au monde qu’il n’est pas si estropié que ça. Parce que s’il est handicapé, il l’est forcément aussi dans ses aptitudes intellectuelles. Bon ça, c’est une analyse personnelle que je ne revendiquerai pas tout le temps… Je crois qu’on va rentrer dans une sorte de compte rendu pseudo psychologique à la noix, et c’est pas mon but xD

Donc, House, qui est-il vraiment ?

HouseSD01593

Et c’est ce qu’ils ont fait ! Fin de la saison 5, House se fait jeter comme une merde dans un asile (bon, soyons convenables, et disons plutôt « hôpital psychiatrique »), et pendant ce temps Chase épouse Cameron durant un beau mariage tout beau, tout joyeux. Quelle injustice ! En même temps, monsieur le drogué l’a un peu cherché : s’il n’avait pas été accro durant toutes ces années à la Vicodin, il n’aurait pas eu les hallucinations qui l’ont grillé par la suite en tant que médecin sain d’esprit, prétendument. Ouais, ouais, j’ai sans doute spoilé ceux qui n’étaient pas allés jusqu’au bout de la saison 5, mais c’est pas grave.
Cependant, House n’est pas qu’un sale con. Tout le monde peut être con lors des mauvais jours. House, c’est surtout le cynisme à longueur de temps, sa propension formidable à faire des jeux de mots déplacés quelle que soit la situation, à blaguer même si quelqu’un est en train de mourir devant lui, etc. Son humour est noir comme le spleen baudelairien qui ronge son cœur blessé. Certaines personnes peuvent trouver pathétique une telle attitude toujours mise en avant et jamais refoulée, même quand les hautes instances lui tapent un peu sur les doigts, tandis que d’autres comprennent très bien que c’est un moyen pour House de se protéger et surtout de dissimuler ses vrais sentiments. Un House gentil n’est plus un House. D’une certaine manière, il l’est, quand il sauve des patients ou qu’il laisse de côté son amour-propre afin d’aider l’un de ses confrères, ou qui que ce soit d’ailleurs… Il l’est parce qu’on sait qu’au fond, il ne se fiche pas de ce qu’il fait.
House est aussi un grand gamin, accro aux séries TV que regardent les ménagères de moins de cinquante ans, et aux jeux vidéos ; oui, il préfère jouer à la console que de donner des consultations, au grand dam de Cuddy.

Cuddy : Je travaille. Il fait chaud. Arrêtez d'agir comme un gosse de 13 ans !
House : Désolé, on ne voit pas souvent des seins comme ça chez les doyens de médecine.

Mais ce n’est qu’une façade, un de ses nombreux atouts pour agacer le plus de monde possible (surtout Cuddy en fait, hu hu). En balançant toutes les vérités qui ne sont pas bonnes à dire, celles qui font honte et agacent, il est bien plus adulte que la plupart des gens. Sa franchise n’est pas à sous-estimer, ni à balayer d’un simple geste de la main, ni à nier malgré toute la rage qu’on a parfois quand on ne veut rien dévoiler de soi. Elle peut certes blesser nettement ceux qui sont les plus sensibles, mais elle sauve avant tout des vies, et c’est ça qui compte. Si on ne passait pas notre temps à mentir, bien évidemment qu’on se ferait plus d’ennemis, mais on éviterait aussi bien des ennuis. C’est sa phrase fétiche − « Tout le monde ment » − qu’il nous sort dès le premier épisode. Au moins, l’intrigue est posée.
House pense également être supérieur aux autres : par son intelligence, le fait qu’il soit une légende dans le monde médical, et aussi parce qu’il ne garde pas sa langue dans sa poche et que ça a tendance à figer certaines personnes.

Wilson : Sois toi-même : froid, je-m'en foutiste, distant. 
House : Je t'en prie, ne me mets pas sur un piédestal.

Chase_rouge05

Si on veut illustrer de façon plus complète le comportement de House, essayons de l’observer quand il interagit avec d’autres personnes de son entourage le plus proche. Son équipe de médecins par exemple, avec en premier choix le Dr Chase. On ne sait pas trop pourquoi exactement House l’embête autant ; sans doute que la tête de ce jeune Australien beau gosse et bourré aux as ne lui revient pas. House aime le traiter de « boucles d’or » constamment, et mettre en doute tout ce qu’il avance. Pour lui, Chase est peut-être le cas typique du beau garçon qui ne sait pas trop quoi faire de sa vie, alors il suit les traces de son paternel pour se prouver qu’il peut devenir meilleur que lui. Mais bien que Chase ait souvent été un véritable crétin, qu’il ait agi par pur égoïsme ou simplement pour emmerder à son tour House, il n’en reste pas moins un bon médecin, qui, comme les autres, veut avant tout sauver des vies. Des bourdes, on en fait forcément au cours de son existence. Si le défaut de Chase est de paraître trop parfait aux yeux de House, il a pu démontrer que ce n’était pas ça le problème.

House : Qu'est-ce qui fait baver un mec ? Chase, vous portiez votre petit short ?

Et puis sa belle gueule a pu l’aider dans sa confrontation avec certains patients. Personnellement, j’aimerais bien me faire soigner par un mec aussi mignon, ça me permettrait au moins de ne pas me concentrer sur la maladie qui me ronge. Souvenez-vous, saison 2, épisode 2, une petite fille de neuf ans atteinte d’un cancer lui réclame l’unique baiser qu’elle ne pourra jamais avoir autrement. Chase répond à son attente et l’embrasse. N’est-ce pas là une belle preuve d’humanité de sa part ? Oublions le côté choquant d’un homme de presque trente ans qui embrasse une petite fille sur la bouche. Ce n’était pas son but premier, mais celui de soulager la peine d’une enfant qui ne connaîtra jamais la douceur de l’amour.

Cameron_rouge04

Cameron : J'ai prêté serment de « ne faire aucun mal ».
House : Mais on ne vous a rien demandé de signer.

House et Cameron, c’est une autre histoire. House la trouve niaise et trop sensible (une femme, quoi), eh bien, je pense la même chose. Mais il faut bien que quelqu’un proteste contre la souffrance humaine dans l’équipe. C’est un stéréotype, mais il en faut aussi dans une bonne série, même si ça peut faire grogner. Cameron joue donc celle qui a le plus d’empathie pour les patients, celle qui va pleurer après avoir entendu l’histoire d’un condamné, celle qui va s’attacher malgré l’éthique. House sait qu’il ne faut pas s’attacher pour une raison simple : il y a des risques que le patient meure, et il serait inutile de pleurer sur son sort, comme le reste de la famille, parce que de toute manière ça ne l’aidera pas à aller mieux. Oh, il éprouve aussi des sentiments, c’est certain, mais contrairement à elle, il sait parfaitement les contrôler. Mieux, il sait les occulter pour n’avoir qu’un point de vue objectif.
Pour que vous soyez sûrs de ce que j’avance, prenez l’exemple du moment où Cameron avoue à House qu’elle « l’aime bien ». Saison 1, sa condition pour revenir au sein de l’équipe après son renvoi est que House l’invite à dîner. Et c’est là qu’elle se prend le râteau du siècle. On pourrait avoir de la compassion pour elle, en tout cas moi pas. Elle le méritait, à tout le temps lui dire d’ouvrir son cœur ! House n’a qu’un cœur de pierre, il le dit d’ailleurs lui-même. Et puis il ne s’intéresse qu’aux femmes plus matures, telles que Stacy et Cuddy ; Cameron n’a vraiment aucune chance. Elle a déjà Chase, je serais contente à sa place ! Bref, n’allez pas dévoiler vos véritables sentiments au mur de glace qu’est House : il vous rirait au nez et s’en irait tout souriant, vous plantant sur place. C’est dur d’aimer les gens aussi inaccessibles.

Cameron : Vous cherchez quoi ?
House : La même chose que vous : amour, compréhension, reconnaissance.

Le plus étrange c’est que Cameron, malgré ses bons sentiments, semble également trop bien faite de sa personne pour pouvoir se préoccuper des autres. Voilà pourquoi elle va si bien avec Chase : les deux sont beaux, intelligents (moins que House tout de même) et vivent assez bien de leur métier, or ce qui gâche un peu le tableau idyllique qui se crée quand on les voit, c’est ce côté bien sous tous rapports qu’ils renvoient. House est l’épice qui vient pimenter le tout, le cheveu sur la soupe, avec ses petites manigances mesquines. Les manipuler lui apporte un tel sentiment de puissance et de maîtrise sur sa propre vie qu’il n’hésite plus à agir dans ce sens, quitte à tout faire exploser. Mais c’est sans doute grâce à lui qu’ils se sont renforcés. Ils sont devenus meilleurs dans ce qu’ils font parce qu’ils en ont vues des vertes et des pas mûres avec le plus grand misanthrope que la Terre ait porté jusque-là (je crois). Maintenant, il ne leur reste plus qu’à tracer leur propre voie, tout ça sans le remercier, parce que franchement, il ne mérite rien, ce salaud.

Foreman_rouge06

Chase : Qu'est-ce qui est arrivé au Foreman qui avait toujours une réponse ? Le gars qui porte presque une pancarte « Je suis aussi bon que House, mais je suis plus gentil » ?

Foreman est du genre à avoir ce genre de pensées envers House. Au fond, il le respecte sans doute en tant que médecin – on se rend bien compte qu’il est plutôt doué dans ce qu’il fait – mais ça ne l’empêche pas de détester l’homme. Et puis, de toute façon, qui ne déteste pas House (exceptés Wilson et Cuddy) ? Foreman est juste le premier à le montrer très sincèrement. Chase a peur de se faire taper sur les doigts par la canne de House, Cameron apprécie trop son côté loup solitaire pour pouvoir le juger vraiment. Ce qui fait qu’à la fin, Foreman se gausse de ses chers collègues… en face. Oui, « l’homme de couleur » (dixit House) n’est pas de ceux qui se laissent piétiner gentiment ; il dit ce qu’il a à dire, sans se soucier de ce qui pourrait être répondu en retour. Ce qui compte, c’est qu’il fasse son boulot. Mais, petit à petit, il ne voit pas la lente transformation en l’être qu’il méprise le plus au monde : il n’hésite plus à employer certains moyens controversés, tout comme ce cher House.

Foreman : On pourrait lui boulonner le crâne à la table...
House : Aussi barbare que rudimentaire... J'adore ça !

M’enfin, le résultat est qu’il arrive à sauver des vies, donc peu importent les moyens. Et un deuxième House, un ! (Même si, à mon avis, Foreman ne sera jamais à la hauteur de House).

Foreman : Je trouve que votre argument est spécial.
House : Et moi je trouve que votre cravate est laide !

Est-ce que ça dérange House ? Non, ça l’amuse ! Surtout de faire enrager un neurologue expérimenté et tout aussi doué que lui. House adoooore enquiquiner Foreman, qui est trop sérieux pour lui rendre la pareille, donc il n’a rien à craindre. À part deux ou trois réparties vaseuses, Foreman aura eu de rares occasions de lui fermer son clapet. Tant pis si le résultat n’est pas aussi efficace que celui de House quand il envoie une réplique bien cinglante à la face de quelqu’un.

Wilson_rouge02

House : Tu places notre amitié avant ta responsabilité éthique.
Wilson : Notre amitié est une responsabilité éthique.

Je me demande qui de Wilson ou de Cuddy est le plus « agressé » par les actes de House. En tout cas, il ne manque pas de faire péter les plombs au seul véritable ami qu’il ait, et ce sans honte ni remords. C’est peut-être une sorte d’expérience pour tester jusqu’où vont les limites de l’amitié qu’il entretient avec l’oncologue. Wilson est, au contraire de House, un homme altruiste, généreux avec les autres, sociable (très sociable, surtout avec les femmes, ah ah), et prétendument respectable. Une telle amitié entre deux hommes qui sont si opposés au niveau du caractère peut paraître étrange, et pourtant je pense que, justement, leur opposition les complète, d’une certaine manière.
Wilson peut en avoir marre du comportement puéril de House, lui faire tous les reproches possibles pour qu’il fasse au moins un petit effort, ça ne marchera évidemment pas. Cependant, Wilson a un avantage que n’ont pas les autres : on ne sait pas pourquoi mais House le respecte, non pas en tant que confrère, mais en tant que personne. James Wilson est sans doute le genre d’homme qu’aimerait être House, bien qu’il le cache bien et ne veuille certainement pas le reconnaître. Il le respecte également parce que Wilson a fini par se protéger des contraintes que lui impose sa relation avec House : tout simplement en répondant de plus en plus aux méchancetés du médecin légendaire.

Wilson : Depuis que je t'ai dit l'an dernier que tu étais beau mal rasé, je te mens de plus en plus. Tu sais, une petite expérience pour voir jusqu'où tu irais.

Wilson sait comment s’y prendre avec lui, puisqu’il a appris à le connaître au fil du temps et que la confiance se ressent entre eux. En revanche, ça n’empêche pas House de le martyriser et de lui faire subir des choses qu’en temps normal on ne ferait pas à un très bon ami (comme piquer sa nourriture, s’immiscer dans sa vie privée – ah ça, il le fait avec tout le monde en plus –, lui demander des emprunts d’argent alors que Wilson sait parfaitement que House ne le remboursera pas après, etc.).

House : Wilson ! Tu tiens combien de temps sans relations sexuelles ?
Wilson : Tu tiens combien de temps sans embêter les gens ?

 Wilson : Si on t'avait dit la vérité, que tu avais résolu une affaire sans aucune preuve médicale, tu te serais pris pour Dieu. Et j'avais peur que tes ailes ne fondent.
House : Dieu ne boite pas.

La meilleure chose à faire quand on est ami avec House ? Essayer aussi de le manipuler par la ruse pour pouvoir l’assagir un peu. Wilson fera tout pour le protéger, comme pour le contraindre à agir autrement. Son amitié étant toujours mise à rude épreuve, l’oncologue misera sur ses pleines capacités intellectuelles afin de ne plus tomber dans les pièges fourbes de son ami… et ce même si c’est de plus en plus dur de le supporter. « Je ne suis pas ta conscience », lui dit Wilson dans la saison 3 ; et pourtant, il en joue parfaitement le rôle.

Cuddy_rouge03

Cuddy : Besoin de vous. Maintenant.
House (air servile) : Oui maîtresse.

On passe maintenant au meilleur de la série : la relation toute particulière et tout à fait compliquée de House et Cuddy. Il la connaît depuis la fac de médecine, et ça remonte à vingt ans, c’est pas rien, non ? Elle, elle l’a supporté depuis tout ce temps parce qu’elle sait parfaitement qu’il ne pourra jamais changer, au contraire de Stacy qui a tout fait pour le rendre plus « sympathique », en vain. Voilà toute la différence entre ces deux femmes, et ce qui fait aussi que Cuddy est plus importante aux yeux de House. Le rendre meilleur fausserait toute son image de médecin légendaire. Elle le tolère donc en fonction des cas qu’il traite, et cependant elle ose le reprendre dans ses méthodes puisqu’elle n’a pas peur de lui : elle est son patron, rappelons-le. Le menacer de le virer, l’obliger à faire plus de consultations, le contraindre à traiter tel ou tel cas, tout le pouvoir que possède cette doyenne de médecine lui sert bien contre un tel enquiquineur. Bien évidemment, il sait lui-même comment contrer ses attaques et les retourner à son avantage.

House (à Cuddy) : Vous êtes une femme fourbe et mauvaise. C'est le super pied !

En étant au-dessus de House hiérarchiquement (et pas autrement, comme l’aurait voulu ce vilain pervers !), Cuddy peut le maîtriser quelque peu (enfin, si on appelle ça de la maîtrise). House, lui, se contente de la faire enrager autant que possible, sachant qu’il ne peut pas se faire renvoyer puisqu’il est quand même l’un des médecins les plus talentueux existant. Mais on sait tous qu’il y a bien plus qu’une entente patron/employé entre eux. Il y a d’abord une amitié vieille de vingt ans, puis une attirance réciproque qui n’arrive pourtant pas à se débloquer au fil des années. C’est très frustrant, et en même temps très subtil : la complexité de leurs rapports prouve à quel point ils s’aiment sincèrement, mais aussi combien ils ont peur de tout perdre en allant trop vite. House reste avant tout un solitaire qui n’aime pas qu’on régisse sa vie, et Cuddy une femme forte et indépendante, qui n’a donc pas besoin d’homme pour la soutenir, puisqu’elle le fait très bien elle-même.
C’est un peu plus loin dans la série qu’elle montre ses faiblesses : étant une femme avant tout, elle aimerait aussi pouponner un enfant, être une mère digne de ce nom malgré la charge du travail. Plus on avance, plus on comprend que, finalement, sa situation n’est pas si agréable que ça. Une vie de famille, avec donc des enfants et un mari, elle le souhaite tout autant que les autres. Et House, dans toute sa maladresse habituelle, lui fera plus de mal que de bien sur ce point-là.

House (à Cuddy) : Heureusement que vous n'êtes pas devenue mère, car vous êtes nulle !

Le manque peut vous faire dire des choses horribles, même aux personnes que vous appréciez le plus. House devient vite méchant quand il n’a pas sa dose de Vicodin. Bref, il faut l’éviter à tout prix si on ne veut pas se prendre une réplique blessante dans la face !
Ce personnage est donc loin d’être parfait, cependant c’est sûrement ce qui fait qu’il ne nous laisse pas indifférents. Je ne me lasse pas de regarder cette série, car c’est aussi intéressant du point de vue humain que sur le thème en lui-même. Je me retrouve un peu dans le côté asocial de House, donc à certains moments j’arrive presque à me mettre à sa place. Je ne peux pas dire non plus que je le comprends complètement, mais j’ai de l’affection pour lui, et finalement au fur et à mesure des saisons, il parviendra quand même à évoluer.

PS : Je vais pas parler des autres personnages qui arrivent un peu plus tard dans la série, davantage parce qu’ils m’intéressent moins que par pure fainéantise.

En bonus : un de mes strips, crossover entre Dr House et Dr Who ! (Oui, c'est en anglais, mais c'est pas compliqué à comprendre !) C'est un avant goût de ce qui vous attend dans mon prochain article, qui sera donc sur Dr Who.

Cliquez, ça va s'agrandir, c'est magique !

 

strip_HouseTen02