Exceptionnellement, le mot de la fin sera au début :

Tagazok

Vous vous souvenez (n’est-ce pas ?) de mon article sur Reflets d’Acide, la saga mp3 qu’elle est trop bien. Eh ben, comme j’aime faire les choses dans le désordre (en fait c’est tout sauf vrai, je suis une maniaque compulsive), je vais vous causer de la célébrissime saga mp3 que tout le monde dans le monde connaît s’il est un peu au fait de l’actualité internetienne : le Donjon de Naheulbeuk, de Pen of Chaos.
Comme toute aventure qui se respecte, une quête commence toujours à l’auberge. Nous voici donc en compagnie des 7 troufions de service qui seront les zéros de l’histoire : le ranger (il aime se prendre pour le chef de la troupe alors que, dans les moments de panique, il prend un sandwich au thon pour son épée) ; l’elfe (complètement neuneu, puisque blonde, et carrément sexy, puisque elfe) ; le nain (il aime l’or et emmerder l’elfe) ; la magicienne (la seule personne qui ait un sou de bon sens dans le groupe, et qui soit efficace presque tout le temps) ; le barbare (il a des muscles, il pue des pieds, il parle peu, et il aime la baston) ; le voleur (peureux, il va crever avant la fin de la première saison) ; et l’ogre (il parle pas la langue, mange tout et n’importe quoi (surtout n’importe quoi) et aime la musique, parce que les ogres sont des êtres sensibles).
Quelquefois, ils vont être rejoints par d’autres personnages (puisque le voleur clamse, il faut bien le remplacer). Il y aura donc le ménestrel, qui chante à la gloire des oiseaux et de la beauté de l’elfe, et crève face à un monstre parce qu’il a voulu lui chanter une chanson, et aussi le paladin de Dlul − le dieu du sommeil − qui se barre finalement pour rejoindre la reine des elfes parce qu’elle est belle. Bon.
Alors donc, le Donjon de Naheulbeuk, c’est culte (c’est pour ça aussi que je raconte pas l’histoire) parce que c’est considéré comme la première saga mp3. Mais ce qu’il faut savoir, c’est que le Donjon de Naheulbeuk a deux facettes : la première, c’est le côté amateurisme de la chose, les débuts, c’est les deux saisons audio gratos qu’on trouve partout sur le Net ; la deuxième, c’est la tournure commerciale qu’a prise la saga quand les éditions Clair de Lune ont senti le filon.
Parlons d’abord du mauvais côté, comme ça ce sera fait. Les deux premières saisons audio ont été adaptées en BD, dessinées par Marion Poinsot. J’ai tenté de relire la première exprès pour cet article (bande de veinards, vous voyez que je fais pas les choses à moitié), mais j’ai vite abandonné (ah ben si, en fait). Les raisons ? Tous les personnages ont un œil plus gros que l’autre, l’équivalent de « Oo ». Comme s’ils avaient besoin de ça pour qu’on voie qu’ils sont tous débiles. L’attitude des personnages est parfois pas du tout adaptée au ton qu’ils ont dans la saga, ça casse complètement le truc et c’est énervant. Du coup c’est plus du tout drôle. Les saisons 3 et 4, quant à elles, n’ont pas eu la chance d’être « audioifiées » (continuons d’inventer des mots, c’est l’avenir, moi j’vous dis), elles sont parues sous forme de romans. Eh oui, fini le gratuit, maintenant faut sortir les sous-sous de la po-poche. Et pour quoi ? Lire un bouquin bourré de fautes et où on rit en tout et pour tout 3 fois (ça j’ai pas essayé de le relire (c’était le premier roman, La couette de l’oubli), mais je m’en souviens bien parce que la violence de l’arnaque m’avait rendue bien amère). Du coup j’ai pas lu le deuxième roman. Vous m’excuserez, hein.
Parlons du bon côté, maintenant. Faut avouer que la terre de Fangh est assez bien foutue. Y a un tas de lieux qui ressemblent à quelque chose (avec des cartes et tout. C’est bien le seul avantage qu’on peut trouver à tout ce bordel commercial dont j’ai parlé plus haut), y a une monnaie, y a un calendrier, y a des légendes (débiles, mais ça c’est normal)… Ҫa a de la gueule, quoi. Et on peut pas dire que l’histoire fait du surplace : que ce soit dans la saga audio ou dans les romans, ça avance et on s’ennuie pas (ça a l’air bête dit comme ça, mais dans une saga audio, si l’histoire avance pas, c’est chiant). Côté technique, la plupart des musiques de la saga sont faites par Pen of Chaos, si j’ai bien compris, et ça, c’est bien. La quasi-totalité des voix sont jouées par lui ; l’inconvénient, du coup, c’est que les personnages ont un peu le même jeu, parfois. On n’est pas tout le temps mort de rire, mais y a quand même des moments épiques (l’oubliette du vampire hémophile) et des répliques assez hilarantes (« Je m’en tamponne l’oreille avec une babouche », « C’est la peau du cul qu’on s’arrache avec une pince ! », la tirade du nain où il réutilise tous les objets refilés par la reine des elfes (épisode 26 chez moi, mais j’ai eu un problème de numérotation alors en vrai c’est peut-être pas celui-là)). La parenthèse est assez évocatrice, pour moi les répliques les plus marquantes sont celles du nain. Il a une façon de parler bien à lui, des expressions bien à lui, une vraie personnalité (toutes proportions gardées)… et c’est pour ça que c’est mon personnage préféré. Super chiant avec tout le monde, son obsession de l’or (la discussion autour d’un pique-nique quand il parle des proratas et autres comptabilités, qui reviennent régulièrement par la suite) et sa mauvaise foi (« Chaussette ! ») donnent carrément du peps à l’aventure ; sans ses engueulades avec l’elfe, ça serait carrément pas aussi drôle. Et puis j’adore les changements de niveau, ça me rappelle mon obsession pokémonesque (« Monte de niveau pour tous leur buter leur face en un coup, Brasegali ! ») et fire-emblemesque (« Wouhouuu, Rolf il pète tout dans la baraque ! »).
Voilà, donc le Donjon de Naheulbeuk, en gros, c’est un peu Anakin Skywalker qui passe du côté obscur de la Force. Deux saisons audio gratos sur le Net qui sont tip top cool (j’ai une nette préférence pour la deuxième quand même), deux autres saisons sous forme de romans pas gratos dont le premier est tout pourri (cela dit, y avait quelques petites choses plutôt originales), des BD pas gratos reprenant les aventures des deux premières saisons qui sont nases, et Les Arcanes de la Terre de Fangh pas gratos non plus qui ont un intérêt assez limité. Bref, si vous voulez vous pencher sur le Donjon de Naheulbeuk, contentez-vous des deux saisons audio.
À côté de ça, y a le Naheulband, un groupe avec Pen of Chaos et ses potes, je vous laisse prendre votre planche et surfer sur le Net si vous voulez plus d’infos, je sais pas ce que ça vaut.